Le portage entrepreneurial à l’assemblée nationale

Les députés répondent présents

En début d’année, l’UNEPS a réalisé un mailing auprès des 577 députés pour faire connaître le Portage Entrepreneurial et son mode de fonctionnement afin d’officialiser ce statut qui rend accessible l’entrepreneuriat pour toute personne qui souhaite exercer une activité de prestations de service.

L’UNEPS a reçu 8 réponses sur les 577 courriers envoyés. Aussi, nous tenons à remercier particulièrement les député(e)s qui ont pris la peine, malgré leur charge de travail par ces temps difficiles, d’accuser réception de cette information d’intérêt général.

8 retours positifs

Brugnera Anne - Députée de la 4e circonscription du RHÔNE

de Courson Charles - Député de la 5e circonscription de la MARNE

Gosselin Philippe - Député de la 1e circonscription de la MANCHE

Lassalle Jean - Député de la 4e circonscription des PYRÉNÉES- ATLANTIQUES

Magnier Lise - Députée de la 4e circonscription de la MARNE

Motin Cendra - Députée de la 6e circonscription de l'ISÈRE

Reitzer Jean-Luc - Député de la 3e circonscription du HAUT-RHIN

Robert Mireille - Députée de la 3e circonscription de l'AUDE

L'officialisation du portage entrepreneurial

Le portage salarial, créé en 1986, n’a été légalisé qu’en… 2008.

l’UNEPS espère qu’il ne faudra pas autant de temps pour que le portage entrepreneurial, créé en 2014 et utilisé depuis cette date par un nombre croissant d’indépendants, soit enfin répertorié par les Pouvoirs Publics et toutes les instances d’aide à la création d’entreprise comme un nouveau statut juridique, venant s’ajouter à la panoplie des différents statuts existants. Il permet à toute personne de créer sa propre activité de prestations de service sans délai, en toute simplicité et sécurité de gestion, sans les inconvénients des autres statuts (quelques exemples d’inconvénients : un seul cas de recours et clientèle uniquement d’entreprises pour le portage salarial avec un CA minimum à réaliser pour assurer un salaire minimum conventionnel, un double plafond de C.A. pour le micro-entrepreneur sans déduction possible des frais professionnels, des frais fixes de gestion indépendamment du C.A. pour les autres statuts juridiques.)

La conjoncture économique commande d’être inventif afin de donner à la population les moyens de la relance économique.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email